www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 63

Vous êtes actuellement : Instances paritaires 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 septembre 2012

Refonder la carte scolaire pour refonder l’école, l’une des ambitions du SNUipp/FSU

La gestion de la carte scolaire doit être repensée et le SNUipp/FSU63 veut la prise en compte des éléments suivants :

Un traitement pluriannuel qui fasse que l’on ne détruise pas pour certaines écoles à la rentrée l’organisation pédagogique construite l’année précédente, et un traitement cohérent en termes de programmation et en termes d’investissement pour les municipalités (comment ne pas comprendre la colère d’élus locaux qui ont décidé d’investir en locaux et en personnels,… à perte !) ;

Un volant de postes suffisants qui permette à l’administration d’ouvrir encore à la rentrée (pour les écoles où il y a eu forte augmentation en septembre) sans être obligée de fermer ailleurs ; les moyens mis en réserve encore en juin pouvant de toute façon être utilisés (s’ils ne le sont pas déjà !) à bon escient (brigade remplacement, plus de maîtres que de classes,....) ;

Un traitement équitable des écoles, avec rétablissement de seuils d’ouverture et de fermeture, en fonction de la nature des écoles (éducation prioritaire, école primaire, …..) et de leur taille ;

Des outils pertinents et fiables de gestion des effectifs (il est clair que Base élèves à renseigner en début décembre est une aberration). D’une part, parce que l’administration reconnaît qu’il y a des mouvements de population importants au sein du département tout au long de l’année, d’autre part, parce que les collègues directrices et directeurs font part de la non adaptabilité de cet outil.

L’administration n’a pu nous fournir à ce jour de tableau récapitulatif des effectifs de rentrée de toutes les écoles, comment de ce fait, assurer cette équité ?

Il est évident que le budget est la 1ère clé de résolution de cette question : budget de l’Education Nationale plus conséquent qui se traduise par une dotation en postes d’enseignants suffisante pour chaque département et en postes d’administratifs pour une gestion pertinente à tous les niveaux (écoles, Inspection Académique, Rectorat, Ministère).

La FSU défend par ailleurs la conception de la gestion démocratique du Service Public d’Education ; celle-ci doit donc associer à tous les niveaux l’Etat et son administration, les personnels, les usagers (et non les clients !).

De ce point de vue, le SNUipp/FSU a toujours facilité l’intervention des élus, des parents aux côtés des enseignants pour la défense et la promotion d’un Service Public de qualité partout sur le territoire.

Aujourd’hui, sur le département, pour le SNUipp/FSU, il y a nécessité en urgence, à la fois de doter chaque école des moyens auxquels elle est en droit de prétendre en fonction des principes évoqués ci-dessus et de rendre efficient le fonctionnement départemental avec le nombre de personnes suffisant pour pourvoir tous les postes.

Aujourd’hui, 20 remplaçants environ sont affectés sur des postes vacants ; cela grève d’autant un secteur déjà considérablement ponctionné au printemps dernier (-30 postes). Cette situation n’est pas acceptable en termes de continuité du Service Public.

Lors du CTSD du vendredi 7 septembre, le vote n’a pas porté sur les fermetures tardives, mais sur l’ensemble des propositions (ouvertures et fermetures).

Un vote « contre » unanime des organisations syndicales aurait obligé le DASEN à re-proposer une nouvelle « copie » au moins une semaine après. Par souci du fonctionnement d’un certain nombre d’écoles, par souci des collègues concernés, nous nous sommes abstenus et TOUTES les organisations syndicales se sont abstenues au CTSD.

Le SNUipp/FSU63 continue à agir, à développer dans le cadre le plus unitaire possible l’action nécessaire pour obtenir davantage de moyens et d’équité.

A l’initiative du SNUipp63, une audience intersyndicale a été demandée au DASEN (et obtenue) sur la question de la carte scolaire et des dernières mesures prononcées. Nous vous en ferons, bien sûr, un compte-rendu détaillé.

C’est par la mobilisation, dès à présent, de toutes et tous, pour une loi d’orientation et de programmation qui détermine un fort engagement budgétaire de la Nation pour les années à venir que l’on pourra véritablement atteindre ces objectifs.

Et cela passe donc par le rejet du Traité européen (TSCG) qui, s’il est adopté, réduira les capacités d’intervention du gouvernement en termes de développement des Services Publics : lire la pièce jointe (argumentaire FSU).

PDF - 132.2 ko
texte fsu TSCG_sep_2012

 

8 visiteurs en ce moment

*Top 29, rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Ferrand Tél :04.73.31.43.72 Fax : 04.73.31.76.81 courriel :snu63@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 63, tous droits réservés.