www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 63

Vous êtes actuellement : Santé au travail 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 décembre 2012

Des améliorations obtenues par le SNUipp

Suite à l’audience au ministère concernant le projet de circulaire sur la mise en œuvre du dispositif « plus de maîtres que de classes » nous avons reçu une nouvelle version. Un certain nombre de réécritures reprennent nos remarques et propositions. Vous trouverez ci après un point sur l’état du texte et ses évolutions.

Point sur lesquels nous avons été entendus « Plus de maîtres que de classes », RASED, difficulté scolaire : Nous avions souligné que l’écriture de la circulaire laissait planer le doute sur les intentions du gouvernement quant à l’avenir des RASED et sa mise en concurrence avec le dispositif « plus de maître que de classe ». Dans l’introduction la phrase suivante a donc été ajoutée suite à notre intervention : « Le dispositif ne se substitue pas aux aides spécialisées, qui gardent toute leur pertinence pour les élèves en grande difficulté ». Dans les objectifs, la mention à la prévention et à la remédiation de la difficulté scolaire subsiste, mais celle de la prise en charge de la grande difficulté scolaire est supprimée. Nous avons défendu que le dispositif devait viser à faire évoluer les conditions d’exercice du métier pour permettre une meilleure prise en compte des besoins des élèves et assurer la réussite de tous. Si l’idée de lutter d’abord contre la difficulté scolaire persiste, il y a la volonté affichée de faire évoluer les pratiques : « grâce à des situations pédagogiques diverses et adaptées ». De même, « la prise en charge des groupes d’élèves se fait désormais en fonction de leur besoin » et non des compétences comme dans la première version.

Nous avions des craintes suite aux diverses déclarations publiques que le dispositif soit circonscrit au cycle 2 centré sur le CP et le CE1. Aussi dans la partie « objectif », nous avons demandé et obtenu que le dispositif soit effectif tout au long de la scolarité (ce qui impacte les déclarations dans le rapport annexé au projet de loi sur la refondation de l’école qui semble le restreindre aux premières années de la scolarité obligatoire).

Nous avons aussi été entendus sur les besoins de formation : « Les enseignants affectés à ces écoles ainsi que les équipes pédagogiques des écoles concernées bénéficieront d’une formation préalable. » De même la notion de formation « continue » a été rajoutée, comme nous l’avions demandé. Reste maintenant à l’exiger et l’obtenir dans les plans départementaux de formation. Les compétences attendues pour le seul maître surnuméraire ont été supprimées et à notre demande l’engagement de l’équipe enseignante est mise en avant.

Des points à éclaircir

Sur la pérennité des dispositifs, il est fait mention d’engagements pluriannuels sans préciser si c’est le moyen ou le personnel qui est visé.

Sur les nominations, la rédaction du projet initial laissait clairement la place à des recrutements sur postes à profil. Suite à notre intervention le texte a évolué positivement. Pourtant une ambigüité subsiste. Ainsi les « DASEN veilleront lors de l’affectation à la cohérence entre les nominations et les conditions du poste sollicité. » Nous nous adressons au ministère sur ce point pour lever toute ambigüité qui pourrait permettre localement aux DASEN de profiler ces postes.

Une projet de circulaire sera transmis par le ministère qui intègre nos demandes de modifications, la version définitive paraitra officiellement en janvier comme directive aux DASEN. Ce cadrage national doit servir de point d’appui pour les sections lors des discussions avec les DASEN pour leur mise en œuvre lors des opérations de carte scolaire.

Scolarisation des enfants de moins de trois ans : Le SNUipp fait bouger le projet de circulaire

Suite à notre rencontre avec le ministère la semaine dernière, une nouvelle version de la circulaire relative à la scolarisation des moins de trois ans nous a été envoyée. De manière générale, il y a eu la volonté de prendre en compte les remarques et propositions que nous avions pu faire.

On note ainsi que des paragraphes ont été réécrits reprenant nos propositions de modifications : • Sur l’accueil et la place des parents, le SNUipp avait insisté sur l’attention particulière qui devait être portée aux parents d’élèves pour permettre à l’enfant de grandir sereinement entre l’école et la famille. • Sur le travail de partenariat avec les autres services de la petite enfance. Nous avons demandé que les enseignants figurent dans les structures locales d’échanges entre les différents partenaires, cela a été rajouté. • Sur le pilotage, le SNUipp avait mis l’accent sur l’importance d’identifier ces postes au mouvement pour que les collègues participent en toute connaissance de cause et puissent savoir qu’ils seront « susceptible de ». Il y aura bien une liste des écoles où seront implantés ces postes pour le mouvement. Cependant la référence à une démarche volontaire de l’enseignant et l’identification des postes pourrait laisser la porte ouverte à un fléchage de la part des DASEN, il faudra y être attentif. • Pour la formation spécifique, le SNUipp avait demandé qu’elle soit élargie aux IEN, CPC, et PEMF, nous avons été entendus pour les formateurs et notamment les conseillers pédagogiques. A notre demande d’un nouveau document d’accompagnement un espace de ressources et de mutualisation sur le site du MEN, est proposé. De plus, nous continuons de réaffirmer que le projet spécifique que requiert cette scolarisation spécifique ne doit pas remettre en cause la scolarisation des moins de trois ans qui existe déjà dans un certain nombre de départements.

D’autres points auraient nécessité des améliorations demandées par le SNUipp :

S’il est bien précisé que les enfants peuvent arriver à différents moments de l’année selon la date anniversaire de leur deux ans, par contre, la possibilité d’organiser une rentrée échelonnée sur plusieurs jours, pour l’ensemble des « premières scolarisations » ne figure pas, ni dans le texte ni dans l’annexe. Cela reste une revendication que nous portons.

Nous avions demandé qu’un effectif réduit (pas supérieur à 15) soit mis en préalable pour une scolarisation réussie, cela n’est pas écrit dans la nouvelle version ainsi que l’obligation de la présence d’une ATSEM à temps plein dans ces classes.

Enfin, nous continuons de réclamer qu’un temps institutionnalisé soit reconnu pour la mise en place de ces dispositifs et le nécessaire travail de partenariat, tel qu’il est noté dans la circulaire.

 

7 visiteurs en ce moment

*Top 29, rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Ferrand Tél :04.73.31.43.72 Fax : 04.73.31.76.81 courriel :snu63@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 63, tous droits réservés.