www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 63

Vous êtes actuellement : RESF 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
12 mai 2015

Père d’élève en rétention : signez la pétition de RESF

Des pères de famille sont menacés dans leur pays, ils attendent encore la réponse concernant leur demande d’asile en France, ils sont ici avec leur famille (femme, enfants, certains en bas-âge, une grand-mère pour l’un...)... et pourtant ils ont été arrêtés mercredi, sont détenus en centre de rétention et risquent d’être expulsés.

Pour signer la pétition en ligne...

Ils sont menacés dans leur pays, ils attendent encore la réponse concernant leur demande d’asile en France, ils sont ici avec leur famille (femme, enfants, certains en bas-âge, une grand-mère pour l’un...)... et pourtant ils ont été arrêtés mercredi, sont détenus en centre de rétention et risquent d’être expulsés. Refusons cette politique inhumaine !

RESF lance en urgence une pétition de soutien, en attendant les mobilisations qui pourront avoir lieu en début de semaine prochaine (une mobilisation se prépare dans les établissements scolaires fréquentés par les enfants à qui on "vole" leur père / RESF préparera également lors de sa réunion de lundi à 18h de prochaines mobilisations).

Soyons nombreux à leur apporter notre soutien.

Signez et faites circuler la Pétition sur le site de RESF

Pour ces familles, merci de votre aide.

RESF 63

La mobilisation

A l’initiative des enseignants, des éducateurs et des parents d’élèves des écoles Aristide Briand, élémentaire et maternelle, une action est prévue le mardi 19 mai, entre 16h et 18h sur le parvis de l’école.

Témoignage

"Cet élève est arrivé dans le courant de l’année scolaire 2013 / 2014, et depuis il suit une scolarité avec la curiosité et l’enthousiasme d’un enfant de 9 ans. Ses parents, d’origine albanaise, sont "sans papier".

Cet élève est bien intégré à notre école, où il a des amis. Il a été invité pour un anniversaire, échange des billes, joue au foot ... Cet enfant est resté souriant et très présent dans la classe tout au long de l’année, interrogeant sur ses incompréhensions liées au lexique ou aux expériences de vie. Les apprentissages se construisent. Il aime réussir et rédiger un travail soigné.

Sa maman a accompagné la classe à plusieurs reprises, à la piscine ou en visite culturelle comme à l’Opéra théâtre.

La famille compte deux sœurs plus âgées, scolarisées en collège. L’aînée joue un rôle d’interprète, quand c’est nécessaire.

L’école a accompagné cette famille albanaise du mieux qu’elle a pu.

Nous n’étions pas fiers dans l’école d’accueillir cet élève le matin, en sachant que la famille avait dormi dans un squat à Chamalières et dîné autour d’un barbecue fin octobre. Ils ont été amenés à dormir dans un espace public comme le hall de la gare ou dans un hôtel dont ils ne savaient pas s’ils pourraient y rester plus d’une nuit. Chaque matin de cet hiver, il répondait avec le sourire à nos questions discrètes sur les conditions matérielles de sa nuit. Nous avons parfois improvisé un petit-déjeuner dans la salle des maîtres, quand il arrivait au dernier moment et que nous comprenions qu’il n’avait pas pu se restaurer ce matin-là !

Pourquoi maintenant, au bout de plus d’un an sur Clermont-Ferrand, le papa est-il envoyé en centre de rétention ? Pourquoi cet élève et ses sœurs qui se sont engagés dans l’apprentissage du français pour aller à l’école dans notre pays et se construire un avenir, pourquoi devraient-ils retourner dans un pays qu’ils ont dû quitter ? Cette situation est indigne, incorrecte."

Françoise LALOT, enseignante de cet élève
CLERMONT-FERRAND Aristide Briand élémentaire

 

11 visiteurs en ce moment

*Top 29, rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Ferrand Tél :04.73.31.43.72 Fax : 04.73.31.76.81 courriel :snu63@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 63, tous droits réservés.