www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 63

Vous êtes actuellement : Carte scolaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 décembre 2015

3 835 postes supplémentaires : l’analyse du SNUipp

La répartition académique des 3 835 postes supplémentaires dans le 1er degré est désormais connue. La carte des chiffres et l’analyse du SNUipp-FSU.

La répartition par académie des 3 835* postes créés dans le premier degré à la rentrée prochaine a été dévoilée par le ministère. Ce dernier affiche que ce sont d’abord des critères sociaux et les dispositifs liés à la politique d’éducation prioritaire qui ont présidé à cette répartition, ainsi que la ruralité et l’évolution démographique des territoires. Résultat, + 650 pour Créteil, + 500 pour Versailles, + 300 pour Montpellier et aucune création dans les académies de Paris, de Guadeloupe et de Martinique, cinq postes seulement pour Caen et Besançon.

*Sur les 3 911 créations décidées, 76 postes dédiés aux unités d’enseignement Autisme et aux écoles européennes restent en réserve.

Et pourtant...

3 835 créations de postes, c’est tant mieux pour les écoles qui vont en bénéficier mais tous les besoins ne seront pas couverts. En effet, comme le rappelle encore l’OCDE dans son denier rapport, le primaire souffre d’un sous investissement qu’il est urgent de compenser sur le long terme. Près de 20% de moins par an et par élève que la moyenne des pays de l’OCDE, la marche est encore haute. L’effort entrepris doit donc se poursuivre et s’amplifier. C’était d’ailleurs le sens de l’adresse envoyée le 26 novembre par le SNUipp aux parlementaires dans le cadre du vote du budget 2016.

Quoi qu’il en soit, le SNUipp-FSU demande que ces nouveaux moyens permettent de réduire la taille des classes, de reconstituer les RASED et les brigades de remplacement, pour notamment reconstruire la formation continue des enseignants actuellement, en friche et de déployer de manière significative le « plus de maîtres que de classes » ou la scolarisation des moins de 3 ans. Il s’agit de mesures déterminantes pour la réussite des élèves.

Et en Auvergne ?

En Auvergne, l’académie gagnera 15 postes pour une perte annoncée de 546 élèves. Cette dotation constitue bien une bonne opportunité pour la défunte région même si au bout du compte, la répartition départementale restera insuffisante pour alimenter les nouveaux dispositifs (PMQDC, éducation prioritaire...) et réactiver ceux qui ont été sinistrés sous la mandature précédente, nous voulons parler ici des RASED ou de l’accueil des élèves porteurs de handicaps, baisse des effectifs notamment en maternelle, ruralité ... Quant à la formation, une fois les bouts de chandelles utilisés, elle restera autant indigente qu’actuellement. Comment dans ces conditions le gouvernement osera-t-il encore parler de refondation de l’école et tenir ses engagements ?

Pour autant, pour le SNUipp-FSU, il n’est pas question d’opposer et de mettre en concurrence les départements mais plutôt de s’inscrire dans une démarche revendicative afin que chaque territoire dispose des moyens nécessaires au bon fonctionnement du service public d’éducation, à la ville comme en zone rurale.

La carte de la répartition des postes

Communiqué du ministère sur les créations de postes

Priorité au primaire : le SNUipp s’adresse aux parlementaires

 

15 visiteurs en ce moment

*Top 29, rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Ferrand Tél :04.73.31.43.72 Fax : 04.73.31.76.81 courriel :snu63@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 63, tous droits réservés.