www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 63

Vous êtes actuellement : Traitements 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 mars 2016

Salaires : un dégel sans printemps

Alors que le point d’indice sera finalement revalorisé de deux fois 0,6% en juillet 2016 et en février 2017, le SNUipp-FSU continue à revendiquer un plan de rattrapage salarial significatif pour les enseignants du primaire.

Le rendez-vous salarial du 17 mars a rendu son verdict : le salaire des fonctionnaires va finalement être dégelé et bénéficier d’une petite revalorisation de 1,2 % en 2 fois (0,6 % au 1er juillet 2016, puis 0,6 % au 1er février 2017).

Ce n’est donc pas la panacée et le gouvernement n’en sort pas grandi pour autant ! Selon la Cour des comptes, une hausse immédiate de 1% de la valeur du point d’indice pour tous les fonctionnaires représente 1,75 milliard d’euros, une hausse de 2%, ce sont 3,45 milliards d’euros. Ces sommes qui sont dues aux fonctionnaires, sont à rapprocher des 33 milliards d’€uros que le gouvernement a versé ou non prélevé aux entreprises via le pacte de responsabilité, sans aucune contrepartie en matière d’emploi.

Après six ans de blocage de nos salaires, on sort enfin du gel du point d’indice. Nous constatons surtout que notre pression constante et nos mobilisations, notamment le 26 janvier dernier centrée sur les salaires, ont obligé le gouvernement à réévaluer son hypothèse de départ d’un maintien du gel ou d’une augmentation symbolique de 0,3 %.

Les mobilisations du 9 mars, réunissant massivement dans la rue CGT, FO, Solidaires, FSU et les organisations étudiantes et lycéennes, sans la CFDT et l’UNSA, ont également contraint le gouvernement à revoir sa copie laquelle reste pour l’heure conforme à l’original quant à sa philosophie générale.

On peut considérer qu’il s’agit plutôt d’un « micro dégel », très en deçà des attentes des agents, et dont les effets ne seront pas visibles immédiatement sur leur fiche de paye. Il faudra attendre juillet pour bénéficier d’un premier petit coup de pouce, puis février 2017 pour le second.

Tout cela reste donc notoirement insuffisant.

Le contentieux salarial est loin d’être réglé pour l’ensemble des fonctionnaires et de manière spécifique pour les enseignants du primaire dont la faible rémunération est pointée du doigt. Nous continuons de demander la tenue d’autres rendez- vous « salaires » qui permettent d’aboutir à un vrai plan de rattrapage de notre pouvoir d’achat.

Dans le même temps, il est urgent de régler la situation des enseignants du primaire dont la faible rémunération est soulignée rapport après rapport. Améliorer nos carrières et porter l’ISAE à 1 200 euros (à parité avec l’ISOE du second degré) est plus que jamais d’actualité alors que vont s’ouvrir des discussions dans l’Éducation nationale.

Fidèle à leur démarche unitaire, les syndicats de la FSU, dont le SNUipp, avaient inscrit le rendez-vous du 22 mars sur les salaires.
A l’issue d’une réunion unitaire nationale et d’une rencontre départementale intersyndicale, considérant la diversité des stratégies et des points de vue syndicaux, que le risque de dispersion et d’isolement seraient contre-productifs , le SNUipp-FSU 63 a décidé de lever son appel à la grève du 22 mars.
Il soutiendra les actions revendicatives ce jour-là (audience, rassemblement...) et appelle à se mobiliser le 31 mars contre le projet de loi El Khomri, lequel s’inscrit dans le cadre de la politique d’austérité actuelle qui empêche la juste augmentation des salaires des agents des fonctions publiques.

Communiqué du 17 mars 2016

Signer la lettre au Premier Ministre pour lui demander une véritable revalorisation des salaires.

JPEG - 36.5 ko

 

17 visiteurs en ce moment

*Top 29, rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Ferrand Tél :04.73.31.43.72 Fax : 04.73.31.76.81 courriel :snu63@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 63, tous droits réservés.