www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 63

Vous êtes actuellement : Grève 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 avril 2016

Le SNUipp-FSU appelle à la grève le 28 avril contre la loi travail

La loi "El Khomri" on n’en veut pas. Défendre le code du travail c’est défendre les droits de tous les salariés du privé comme du public. Et ce serait faire preuve d’une grande naïveté que de croire que la Fonction publique ne sera pas concernée dans un jour prochain.

Trois axes de la réforme provocateurs

- remise en cause des 35h.00 et par répercussion, abandon du partage du travail
- remise en cause de la médecine du travail
- licenciements facilités

Sous prétexte que le Code du travail serait trop compliqué et qu’il faudrait le simplifier, le gouvernement attaque les droits des salariés, en voulant introduire dans un texte protecteur des mesures néfastes qui introduiront encore plus de précarité dans le monde du travail. La jeunesse particulièrement touchée par le chômage ne s’y est pas trompée.

L’objectif du gouvernement est sans ambage : s’inscrire dans les exigences de la politique ultralibérale européenne en assouplissant le code du travail, et répondre du même coup aux demandes du MEDEFafin de rendre l’emploi encore plus flexible et jetable !

Des précédents

Ce projet de réforme du Code du travail se situe dans la suite logique d’une série de remises en cause du droit des salariés (accord national interprofessionnel de janvier 2013, lois Macron et Rebsamen, rapports Combrexelle et Badinter).

Pour relancer l’emploi et simplifier une réglementation qui serait un frein à l’embauche, le projet de loi prévoit de modifier en profondeur le Code du travail.

Qui peut croire que faciliter les licenciements ou augmenter le temps de travail vont relancer l’emploi et la croissance ?

Des régressions

L’introduction des "nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise" dans le Code du travail entraîne un virage sans précédent dans la protection des salariés. C’est le principe du droit protecteur des plus faibles qui est remis en cause par une série de régressions sociales contenues dans le projet de loi :
- une remise en cause des 35 heures, c’est-à-dire travailler plus sans être payé plus, avec des heures supplémentaires pouvant être minorées et moins rémunérées...
- des licenciements facilités sur la seule base d’une baisse du chiffre d’affaire ou du montant des commandes pendant quelques mois, ou un transfert d’activités, mais aussi l’arrêt des dommages et intérêts en cas de licenciement injustifié,
- un renversement de la hiérarchie des normes au détriment des salariés, par la prévalence de l’accord d’entreprise, même si celui-ci est moins favorable,
- Une remise en cause de la médecine du travail, en portant à 5 ans le rythme des visites périodiques et en les limitant aux seuls postes à risques.

De la réforme du Code du travail à celle de Fonction publique ?

La remise en cause des droits des salariés du privé pourrait très rapidement avoir un impact pour les fonctionnaires, comme le montre le précédent sur les retraites. La durée légale du travail, la médecine du travail ou la hiérarchie des normes sont aussi des questions prégnantes dans la Fonction publique. Défendre le Code du travail, c’est défendre les droits de tous les salariés, du privé, comme du public.

Une nécessaire mobilisation

Les syndicats de la FSU (dont le SNUipp-FSU) avec la CGT, la FSU, FO, Solidaires, l’UNEF, l’UNL et la FIDL, appellent l’ensemble de la profession à se mobiliser massivement le jeudi 28 avril avec les jeunes et les salariés du privé et du public, pour porter d’autres droits pour les salariés.

Déclaration d’intention

Le SNUipp-FSU relance sa consigne nationale du boycott de la déclaration d’intention. Cependant compte tenu des délais pour élaborer consigne intersyndicale départementale, si vous ne souhaitez pas l’appliquer pour la grève du jeudi 28 avril, la déclaration d’intention est à envoyer à votre circonscription avant le lundi 25 à 23h.59. Un simple mail de votre messagerie professionnelle portant mention : "Je, soussigné, déclare mon intention de participer à la grève du 28 avril." suffit.

Rappelons, si besoin est, qu’il ne s’agit pas d’un engagement et qu’il est toujours possible de changer d’avis. Si 25% des enseignants d’une école déclarent leur intention, le SMA est mis en place par la commune. Les retenues sur salaire sont faites au vu de la participation effective et non des déclarations préalables.

Regrettons, pour terminer que le pouvoir actuel n’ait pas encore mis un terme à un dispositif qui ne vise qu’à rendre plus compliquée la mise en place d’un mouvement social.

Manifestation

Rendez-vous à 10h.30, place du 1er Mai à Clermont-Ferrand

Lettre aux parents

En pièce jointe au format Word

 

9 visiteurs en ce moment

*Top 29, rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Ferrand Tél :04.73.31.43.72 Fax : 04.73.31.76.81 courriel :snu63@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 63, tous droits réservés.