www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 63

Vous êtes actuellement : ASH 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 octobre 2016

La construction du corps des psychologues scolaires

Un article de Thierry CHANSELME qui retrace l’évolution du métier, l’action du SNUipp et son aboutissement avec la création du corps des psychologues de l’Education nationale.

Depuis l’origine de la psychologie scolaire en France, les psychologues en poste ont d’abord été des enseignants, ce qui n’a pas été sans produire un certain flou identitaire à l’interne, et a pu jeter parfois discrédit et suspicion à leur endroit, de la part des autres psychologues. Cette identité double ne sera plus une nécessité désormais. La clarification statutaire tant réclamée, et depuis si longtemps, par les psychologues scolaires français est enfin obtenue.

Si le SNUipp s’est fortement engagé dans ce combat pour la création de ce nouveau corps de psychologues de l’éducation nationale c’est d’abord, mais pas seulement, parce qu’il s’agissait purement et simplement de sauver la psychologie à l’école. En effet, la pyramide des âges des psychologues, très vieillissante, a conduit à ce que le recrutement traditionnel interne aux corps des enseignants ne suffise plus pour compenser les départs en retraite. C’était alors l’extinction programmée d’une profession à court terme, ce qu’avait d’ailleurs sérieusement envisagé sous le quinquennat Sarkozy. Rappelons que l’exercice de la psychologie est réglementé par la loi et par un diplôme donnant accès à un titre spécifique comme c’est le cas pour les infirmières, les architectes, les avocats... Cela devenait très compliqué de trouver suffisamment d’enseignants ayant le titre de psychologue (Master 2 + stage) et volontaires pour occuper les postes. Depuis plusieurs années, le nombre de postes vacants augmente de façon drastique dans tous les départements, et les secteurs s’agrandissent.

De plus, beaucoup d’entre eux vivent, à juste titre, cette situation comme une anomalie, une injustice. Elle est vue comme une curiosité assez incompréhensible pour leurs collègues des autres champs d’exercice, à qui on ne demande pas d’avoir deux formations professionnelles de haut niveau pour au final n’en exercer qu’une ! La psychologie en milieu scolaire a ses spécificités, c’est vrai, mais c’est aussi vrai pour les psychologues qui exercent dans d’autres institutions (PJJ, pénitentiaire, Pôle emploi…) à qui il ne viendrait à personne l’idée de leur demander d’avoir été juge, avocat, surveillant de prison ou conseiller en insertion professionnelle pour pouvoir exercer leur métier de psychologues ! Le SNUipp-FSU a demandé et obtenu une année supplémentaire de formation après le concours pour que nos futurs jeunes collègues n’entrent pas dans l’école sans une connaissance approfondie de son fonctionnement et de ses spécificités.

La création du corps des psychologues de l’Education Nationale, annoncée par la ministre en juillet 2015 vient donc d’être confortée par la parution du premier texte officiel le 1er juillet dernier. Il s’agit de l’annonce du concours pour lequel les serveurs seront ouverts du 2 février au 2 mars 2017. Le décret instituant le corps doit être soumis en Conseil d’Etat et paraîtra avant la fin de l’année civile 2016. Les collègues en poste auront le choix entre intégration dans le nouveau corps, maintien dans le corps des PE avec demande de détachement s’ils le souhaitent.

Depuis plus de deux ans, le SNUipp-FSU a mis toute son énergie et pris une place centrale pour faire évoluer les textes réglementaires dans le cadre du GT14 : référentiel métier, contenus et modalités de formation et de recrutement… Le SNUipp, avec la FSU, intervient régulièrement pour que le calendrier soit respecté et que les points de blocage soient levés. Il exigera un nombre de places au concours à la hauteur des besoins pour permettre de combler les postes vacants, compenser les nombreux départs en retraite et créer de nouveaux postes afin de réduire la taille des secteurs, trop étendus sur le plan géographique et/ou trop importants en nombre d’écoles ou d’élèves. C’est une nécessité pour permettre une réelle prévention et un accompagnement psychologique des élèves qui en ont besoin. Avec les personnels, le SNUipp-FSU mène la réflexion pour renforcer la place de la psychologie de la Maternelle à l’Université : des réunions d’information syndicale comme celle du 19 Mai dernier à Clermont-Ferrand ou le colloque annuel Psy-FSU (23 et 24 juin à Paris) sont des temps forts où les psychologues de différents champs institutionnels réfléchissent et agissent collectivement pour porter haute l’ambition de la psychologie comme moteur de progrès humain, à l’école et ailleurs !

Dernières informations sur l’avancée du dossier

Suite au dernier groupe de travail entre le ministère et les syndicats le 4 octobre sur le projet de décret instituant le nouveau corps des psychologues de l’Éducation nationale, un point sur l’avancée du dossier.
Lire l’intégralité de cet article...

 

13 visiteurs en ce moment

*Top 29, rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Ferrand Tél :04.73.31.43.72 Fax : 04.73.31.76.81 courriel :snu63@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 63, tous droits réservés.