www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 63

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
19 mai 2017

Qui est Frédérique Vidal, nouvelle ministre de l’enseignement supérieur ?

Pour la première fois, une présidente d’université prend la tête d’un grand ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Reprise partielle d’un article du journal Le Monde du 17 mai.

Professeure en sciences de la vie, elle fait partie des personnalités issues de la société civile qui entrent dans ce gouvernement. A la tête de l’université de Nice-Sophia-Antipolis depuis 2012, cette universitaire a auparavant dirigé la faculté des sciences de l’établissement niçois.

JPEG - 29 ko

Jusqu’ici, le portefeuille de l’enseignement supérieur et de la recherche faisait l’objet d’un secrétariat d’Etat rattaché au ministère de l’éducation nationale. Un « ministère de plein exercice » sur l’enseignement supérieur, la recherche mais aussi l’innovation, a été accueilli favorablement par la conférence des présidents d’université, qui a salué cette nouvelle ministre issue de ses rangs.

Native de Monaco, cette généticienne de la reproduction débute sa carrière d’enseignant-chercheur en 1995 à l’université de Nice, comme maître de conférences, avant de gravir les différents échelons et d’occuper plusieurs responsabilités dans le monde universitaire.

La nouvelle ministre est attendue par la communauté universitaire : alors que le nombre d’étudiants ne cesse d’augmenter, la pratique du tirage au sort à l’entrée des licences saturées fait l’objet d’une vive polémique, après la publication d’une circulaire gravant dans le marbre ce recours au hasard.

Les ESPE et une partie de la formation des enseignants entrent donc dans son champ de compétences. Et ce nouvel éparpillement des responsabilités entre deux ministères améliorera-t-il ou dégradera-t-il un peu plus la formation des enseignants ?

Dès la passation de pouvoir, jeudi 18 mai, Frédérique Vidal, qui s’est dit « pragmatique », et « engagée », a annoncé qu’elle allait rencontrer au plus vite les organisations étudiantes sur ce dossier. Et sa démarche est plutôt un signe positif même si en arrière-plan, sur la très sensible question de la sélection, le Président Macron s’est déjà positionné durant la campagne en promettant l’instauration de « prérequis » à l’entrée de l’université.

 

10 visiteurs en ce moment

*Top 29, rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Ferrand Tél :04.73.31.43.72 Fax : 04.73.31.76.81 courriel :snu63@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 63, tous droits réservés.