www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 63

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
27 juin 2017

Michelin : des emplois supprimés ce sont des écoliers en moins

Michelin vient une nouvelle fois d’annoncer des suppressions d’emplois, principalement sur le site historique de Clermont–Fd. De plus de 30 000 salariés à la fin des années 70, il en restera moins de 10 000 ! Des emplois qui disparaissent, ce sont presque autant d’élèves en moins dans les écoles du département.

Après la fermeture de l’usine de rechapage poids-lourds (355 emplois) et de la restructuration de l’ingénierie (164 emplois) l’an dernier, la direction annonce, dans le cadre de la réorganisation à l’étude depuis plusieurs mois, la suppression de 970 emplois (cadres et collaborateurs), la délocalisation de 290 autres et la perte de 150 emplois dans les entreprises prestataires de services qui interviennent en permanence sur le site... afin de mieux satisfaire le client !

L’objectif est bien, une nouvelle fois, de réduire les coûts, afin de respecter les engagements de rentabilité pris auprès des actionnaires. Pourtant l’année dernière, le groupe Michelin a enregistré des bénéfices records : 1,6 milliard d’euros, soit des bénéfices en hausse de plus de 43%.

Afin de rassurer l’opinion, le communiqué de presse de la direction de Michelin indique que de nouveaux emplois seront créés à Clermont-Ferrand. Or cette même annonce avait été faite à l’occasion de la fermeture de l’usine de Joué-les-Tours où 200 emplois devaient être créés. Aujourd’hui, cette usine est devenue une friche industrielle vouée à l’abandon.

Dans les usines de production où les mesures dites de rationalisation ont été mises en place, les conditions de travail se sont dégradées et ont pour conséquence des difficultés pour recruter du personnel dues à la pénibilité, aux horaires et à la faiblesse des salaires.

Cette décision n’est pas sans rappeler celle de Clermont-Co, la communauté d’agglomération de l’époque qui avait décidé en 2016 une exonération fiscale de 900 000 €uros par an à Michelin pour le développement de son centre de recherches de Ladoux. Cet abattement fiscal avait fait débat. Les élus Front de gauche et écologistes s’y étaient opposés ainsi que le Maire de Cournon-d’Auvergne, Bertrand Pascuito, considérant que Michelin n’en avait nullement besoin.

Après la perte de 239 emplois à Riom avec la fermeture de la SEITA, c’est maintenant le fleuron industriel de la région Auvergne qui est une nouvelle fois touché. Et à chaque emploi perdu, ce sont des élèves en moins pour les écoles du département et donc des postes qui disparaîtront ou qui ne seront pas créés. Une curieuse façon pour l’économie libérale de contribuer à la mise en place des CP dédoublés "Macron-Blanquer" !

 

11 visiteurs en ce moment

*Top 29, rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Ferrand Tél :04.73.31.43.72 Fax : 04.73.31.76.81 courriel :snu63@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 63, tous droits réservés.