www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 63

Vous êtes actuellement : Laïcité 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
3 juillet 2018

Habemus canonicus : j’ai mal à ma laïcité

La République française vient d’hériter d’un nouveau Chanoine de Latran. Une nouvelle fois le principe de laïcité a été bafoué par un président de la République. Et celui-ci n’en était pas à son premier coup d’essai...

En 1980, Jean-Paul II s’exclamait : « France, qu’as-tu fait de ton baptême ? ». L’Eglise a trouvé un nouveau parrain : Emmanuel Macron qui a répondu en s’asseyant sur la stalle du Chanoine de Latran. Il persiste et signe sa volonté de faire revenir l’Eglise catholique dans les affaires de la République française dans sa conférence de presse du 26 juin 2018 : « le lien entre la France et le Vatican est un lien dont l’histoire est singulière, la cérémonie du Latran l’a rappelé, mais dont l’actualité est vivace. »

Les derniers papes successifs, imposent à l’Europe, aux rois, aux princes et aux peuples, la peur et l’obscurantisme. La France a rompu avec les dogmes d’abord en 1789, en 1871 puis définitivement le 9 décembre 1905, à travers la Loi de Séparation des Eglises et de l’Etat. Pourquoi alors le Président de la République s’ingénue-t-il à répondre ou à devancer les appels du Vatican ?

Une semaine après son élection en mai 2017, le Président de la République accepte de recevoir le titre de « premier et unique chanoine honoraire de l’archibasilique du Latran », héritage des rois de France. Le 26 juin 2018, il est intronisé et prend le titre, le soir il tient une conférence de presse où il s’explique. En l’acceptant, Emmanuel Macron foule au pied les valeurs de la République, mais aussi l’héritage de la Révolution française. Le fait de citer, lors de la conférence de presse, le scribe de la contre-Révolution française, François Furet en dit long sur la méconnaissance du Président sur la réalité de la Révolution française de 1789.

Emmanuel Macron regarde lui aussi vers ce passé fait de rois, d’évêques et de privilèges. Son discours du 26 juin 2018 à Latran fait référence aux Rois, à ces moments où la liberté de conscience, les sciences et les connaissances étaient emmurées par l’Eglise. Emmanuel Macron comprend l’échange de services en glorifiant le passé de l’Eglise.

Il justifie ainsi toute sa politique sociale faite pour une caste de privilégiés, en déclarant lors de la remise du prix Charlemagne qu’il reçoit à Aix-La-Chapelle le 10 mai 2018 : « nous devons faire des réformes en profondeur et des transformations pour baisser la dépense publique qui est la seule condition pour avancer dans cette Europe ». Et un de ces « commandements » est de dire « N’ayons pas peur », en référence certainement au réactionnaire Jean-Paul II.

Le titre est annoncé comme honorifique, mais les chanoines de Latran dont « le trait distinctif de leur vêtement est qu’il est composé d’une soutane complètement blanche, d’une large ceinture, d’une courte pèlerine couvrant les épaules (la mozette) et d’une calotte » restent un ordre inféodé à la hiérarchie ecclésiastique. En somme, Emmanuel Macron, Président de la République, est aux yeux de l’Eglise son serviteur.

Le président Macron a plus qu’édulcoré le principe de laïcité, répondant à l’assertion du pape François : "En France, la laïcité a une coloration héritée des Lumières beaucoup trop forte, qui construit un imaginaire collectif dans lequel les religions sont vues comme une sous-culture".

En conséquence, c’est la Loi de 1905 qui est clairement visée. La laïcité doit être affaiblie et fragilisée dans ses principes et applications pour pouvoir dynamiter la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat. Il ne peut y avoir deux laïcités. Il n’y a qu’une loi de Séparation des Eglises et de l’Etat, il suffit de l’appliquer pour garantir la liberté de conscience de Tous les citoyens, quelle que soit leur appartenance philosophique, religieuse ou politique.

D’après une contribution de la Fédération nationale de la Libre pensée.

 

9 visiteurs en ce moment

*Top 29, rue Gabriel Péri 63000 Clermont-Ferrand Tél :04.73.31.43.72 Fax : 04.73.31.76.81 courriel :snu63@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 63, tous droits réservés.